Río Vero: Parc espagnol ayant tous les tressaillements d’une expérience de canyoning

«Ne regardez pas en bas, sautez tout simplement ! » hurle Sergio, mon guide de canyoning, pendant que je me perche sur la lisse pointe incroyablement petite d’un rocher de 15 pieds de hauteur à côté de la rivière Vero, dans les Pyrénées espagnoles.

Je veux être courageux, mais l’image de mon corps éclaboussé sur les rochers à côté de la rivière ci-dessous, ne va pas me sortir de l’esprit. J’hésite en me demandant si la chose la plus intelligente à faire est peut-être de redescendre le chemin d’où je suis venu. Je tire mes pieds du bord du rocher, mais il est trop tard. Sergio m’a poussé dans la rivière en riant.

Un cri aigu, un plouf et un coup d’eau froide glacée dans mon nez, et c’est tout. Je venais de faire mon premier saut dans la Vero, et j’en suis sorti en souriant.

Sergio, un guide qui a navigué cette rivière depuis qu’il était un enfant, dirige quatre novices le long de Río Vero, la rivière pour canyoning la plus populaire dans le Parque de la Sierra y los Cañones de Guara à Aragón.

Chaque année, des milliers d’amateurs du canyoning (également appelé descente en canoë), venant de toute l’Europe et au-delà, font la randonné de six heures le long de la rivière, serrés dans des vêtements isothermiques et de bottes en caoutchouc afin de faire face aux sauts de rocher palpitantes, aux escalades, aux toboggans naturels et aux cascades. Chaque année la rivière cause la mort, habituellement de ceux inexpérimentés qui renoncent à un service de guide et méconnaissent la force de la rivière.

Je ne suis pas prêt à faire cette erreur et je remets heureusement 40 euros au pourvoyeur de canyoning de Guías Lecina pour être habillé avec néoprène de la tête à l’orteil et guidé le long de la bousculant rivière Vero.

Une fois mon premier saut est terminé, tout est momentanément calme. Je flotte sur la rivière au style paresseux, à travers un tunnel étroit avec d’énormes murs de calcaire se levant à chaque côté, pendant que la bleue-verdâtre Vero me porte en descendant. Les rochers sur la rivière sont recouverts d’une couche de blanche croûte de chaux, ce qui leur donne l’apparence propre, presque faux des roches du parc d’attractions.

Mais en jetant un coup d’œil autour, il est évident que les humains n’ont rien à faire dans la création de ce paradis naturel. Des falaises parsemées de grottes au-dessus et aux alentours des vautours qui volent en cercles. Le ciel est d’un bleu intense, mais les parois rocheuses qui nous entourent sont tellement élevées que peu de lumière directe du soleil atteigne le fond.

Ici sur la rivière, nous contemplons les paysages verdoyants bordant la rive et regardons bouche bée les fabuleux rochers sculptés en eau. Sergio nous invite à tous à prendre une gorgée de l’eau propre de la Vero, mais nous ne traînons pas longtemps et bientôt nous entrons dans la première « zone de chaos », l’une des nombreuses grottes formées par les rochers qui sont tombées des falaises au-dessus il y a longtemps.

« Maintenant, ça devient passionnant », dit Sergio en sautillant sans crainte de rocher en rocher, me rappelant les chèvres de montagne qui sont courants dans ces lieux. Il se perche à côté d’un torrent d’eau impétueux qui disparaît dans un trou et nous fait signe de nous rapprocher. Ma sœur Mary, qui vient des États-Unis, veut être le cobaye et va en première.

« Mettez votre main ici et détendez-vous sur le rocher », indique Sergio, sa voix en tension afin que nous l’entendions sur le grondement de l’eau. « Glissez un pied dans le trou et lorsque les doigts de vos pieds touchent la corniche de la roche, sautez ! ».

Mary regarde dans le trou, qui n’a aucune sortie visible et hoche la tête pour dire qu’elle comprend les orientations. Sergio lui prend la main et la place sur le rocher. Un saut rapide et elle avait disparu, sa tête non visible sous le torrent. Je n’entends rien, mais la précipitation de l’eau lorsque j’ai pris une profonde respiration et la suis, un peu incertain de ce que m’entend mais prêt à suivre les conseils de Sergio.

Le saut est excitant et il n’est pas exagéré de dire que je me sens en harmonie avec le fleuve tandis que je me précipite dans sa chute. Le torrent me dépose dans une piscine calme à l’intérieur d’une caverne faiblement éclairée. Où il y avait de l’eau vive rugissant quelques instants avant, maintenant il y a de la paix et de la tranquillité. Un peu de lumière du soleil filtre à travers la roche au-dessus de nous, coulant une lueur verdâtre autour de la grotte.

Je serais content de flotter ici le reste de la journée, admirant le lieu magique que nous avons découvert. Mais Sergio nous fait signe de continuer. Il est seulement 11h00 et nous avons plus de cinq heures de rivière devant nous.

Le prochain obstacle est un passage étroit, fait de deux parois rocheuses s’élevant à moins d’un pied de séparation. Nous devons glisser entre elles. Je m’arrête au milieu du tunnel et essaie d’assimiler mon entourage : une grotte de fleuve tranquille, cachée du monde sous les roches anciennes et traversé seulement par les eaux de la Vero et les groupes des amateurs du canyoning qui interrompent le sanctuaire. Je suis réticent à laisser cette beauté derrière, mais curieux de voir ce qui vient après.

Le reste de la journée est plein d’émerveillement sans arrêt. Nous sautons une demi-douzaine des rochers, chacun plus haut que l’autre. Peu de temps après, je m’habitue et — presque — perds ma crainte de glisser. Plus loin sur la rivière, nous filons dans un toboggan naturel et, plus tard, faisons passer nos têtes à travers une cascade pour nous mettre débout dans la minuscule grotte dissimulée derrière elle.

En chemin, Sergio s’arrête pour signaler des plantes et des insectes intéressants et une fois, il s’accroupie à côté de la rive où la boue, dit-il, est excellente pour la peau. Avant que je puisse m’opposer, il l’a barbouillé sur mon visage et une mini guerre de boue a éclaté, nous laissant avec boue vaseuse dans nos cheveux, nos oreilles et même nos dents. Nous rions, prenons des photos et continuons.

Nous ne pouvons pas arrêter de dire ooh et ahh voyant les rochers, les grottes, les plantes, les oiseaux, les piscines, les chutes d’eau… Et je ne peux pas arrêter de prendre des photos avec l’appareil photo étanche qui est attaché avec un élastique à mon vêtement isothermique.

Je sais qu’il n’y a aucun moyen de capturer cette beauté sauvage avec un appareil photo jetable en plastique, mais cela ne m’empêche pas de l’essayer.

Lorsque nous sortons enfin de la rivière et enlevons les vêtements isothermiques, je me sens aussi mou que le vêtement de néoprène que j’ai laissé allongé sur le bord de la rivière. Nous avons parcouru plus de quatre milles à travers des eaux vives, ne nous arrêtant qu’une seule fois pour un déjeuner rapide de sandwiches emportés dans des contenants en plastique imperméables à l’eau. L’adrénaline et l’excitation me permettent de continuer toute la journée, mais lorsque la longue marche se termine, l’épuisement descend telle qu’une couverture épaisse.

Connaître et aller…

Faire du canyoning est, littéralement, l’exploration des canyons. Il y a des canyons « humides », tel que la Vero et ceux « secs » qui pourraient résulter d’un ancien lit de rivière, d’une caverne rocheuse ou d’autres endroits sans eau.

Le canyon de la rivière Vero est populaire auprès des débutants car il exige peu d’habileté technique. Cependant, il y a de canyons dans la région pour tous les goûts. Beaucoup vous exigent de descendre en rappel des chutes d’eau et des falaises, ou d’entreprendre des escalades importantes. Il y a des dizaines de canyons attendant d’être explorés dans le Parque Natural de la Sierra et los Cañones de Guara — l’une des meilleures destinations au monde pour le sport.

La Sierra de Guara a été déclarée parc naturel en 1991. Elle comprend près de 125 000 acres de montagnes irrégulières, de cavernes profondes, de grottes et de rivières, offrant un habitat naturel pour le canyoning. Au-delà des rivières et des canyons, le parc offre de grandes randonnées et des escalades imbattables. Il abrite également une grande variété d’oiseaux. Les humains ont habité dans la région depuis le Paléolithique et vous pouvez voir quelques peintures rupestres qui ont survécu depuis ce temps.

Le parc est à Huesca, au nord-est d’Aragón. Son entrée principale et l’endroit où vous trouverez la plupart des services de guide et de logement, est la ville médiévale d’Alquézar. Elle se trouve à 270 milles au nord-est de Madrid et à 160 milles au nord-ouest de Barcelone.