Canyoning en Espagne – Rodellar et la Sierra de Guara

 

Les canyons de la Sierra de Guara au nord de l’Espagne sont devenus largement connus comme une destination internationale pour pratiquer l’escalade – le canyon du Mascun, près de Rodellar, est escarpé de rochers de toute catégorie, des dalles au bord de la rivière aux immenses grottes de tuf, et de longues voies de qualité qui attirent vers des falaises et des sommets un peu plus éloignés. Toutefois, certains diront que même si l’escalade est merveilleuse, ce n’est pas l’événement principal. Depuis 1980, Rodellar est un centre majeur pour le canyoning et les canyons locaux illustrent tout ce qu’il y a d’espagnol et de mystérieux dans le « descenso de canyones ». Avec quelques exceptions possibles, il n’y a rien comparable même de loin dans ces îles loyaux, et il est difficile pour les non initiés d’imaginer exactement ce qui est impliqué dans une descente de l’un de ces défilés. Ainsi, en supposant que vous vous trouvez près d’un canyon et que vous avez envie de l’explorer, de quoi s’agit-il ?

L’essentiel:

Canyoning – la descente des gorges naturelles par un mélange de randonnée, grimpé à quatre pattes, natation et descente en rappel – est essentiellement un mélange épicé de tout ce qui est audacieux. Comme pour l’escalade, vous avez l’arrivée, l’anticipation d’une route inconnue et la sortie. Votre route a un trait caractéristique qui est souvent inévitable, et vous avez la liberté et le plaisir du mouvement rapide. Vous pouvez pique-niquer et faire une trempette – si vous aimez les activités aquatiques, vous apprécierez le canyoning. De plus, comme sur une falaise, il y a un certain frisson d’engagement lorsque vous tirez sur la corde après descendre : non-retour, un seul moyen de sortir.

Toute équipe avec un peu d’expérience en escalade peut s’y lancer. Avec une corde, harnais et quelques élingues et grappins, vous êtes à mi-chemin d’un kit complet, d’ailleurs, un avantage de Rodellar c’est que vous pouvez louer des vêtements isothermiques et toute autre chose dont vous pourriez avoir besoin.

Si vous n’avez jamais porté des vêtements isothermiques, vous serez étonné de votre dynamisme. Peu de choses peuvent vous donner plus de calme que flotter immobile sur votre dos, à la dérive au fil de l’eau, les énorme parois du canyon par-dessus et des formes noires lointaines de vautours. Étrangement, la flottabilité rend presque impossible de nager correctement et rapidement, et la stratégie la plus efficace semble être une sorte de nage en chien ralenti.

Les aspects techniques du canyoning ont quelque chose en commun avec la spéléologie (stations de descente en rappel, prise de grip, etc.) et les passages usés par les eaux dans certains canyons ressemblent aux passages du Long Churn Pot ou Dow Cave à Yorkshire ou du Swildon aux Mendips. La recherche de route peut parfois être très tridimensionnelle, mais là la ressemblance avec la spéléologie finit– un canyon espagnol inondé de soleil est vraiment très loin de ce que vous pourriez imaginer de ramper dans un trou boueux sombre une horrible journée d’hiver anglaise. Néanmoins, les amateurs enthousiastes ont tendance à venir d’un milieu spéléo et ces pionniers désintéressés ont équipé les gorges avec des stations de descente en rappel et ont dessiné des topos que vous pouvez acheter à Rodellar ou (parfois) télécharger sur le web. Évidement, il y a beaucoup de concurrence entre les explorateurs du canyon, et une première descente est un prix convoité.

Les Canyons de Rodellar :

Étonnamment, Rodellar a peu changé au cours des dix dernières années. Le paysage est caractérisé par un massif montagneux calcaire où les gorges rocheuses sont taillées entre les pics pointus dans un désert de maquis méditerranéen. La liste des canyons ci-dessous n’est pas du tout exhaustive (il y a plus de 70 descentes documentées seulement dans la Sierra de Guara), mais il devrait être suffisant pour commencer. Tous valent la peine. Les descentes les plus faciles peuvent être faites en quelques heures, tandis que les plus longues sont plus difficiles mais peuvent encore être faites dans une journée typique.

Niveaux :

Il n’y a pas un système de classement accepté universellement, cependant le système utilisé ici adhère étroitement au système espagnol établi. Il offre une indication approximative de la difficulté et gravité sur une échelle de 1 à 6. 1) randonnée et barbotage faciles ; 2) sections exigeant de nager longtemps ; 3) plus de difficulté et d’engagement, par exemple difficulté concernant l’orientation dans les sections en présence de gros rochers et descentes en rappel ; 4) beaucoup de passages en eau, de grimpés à quatre pattes et de descentes en rappel difficiles ; 5 et 6) les mêmes caractéristiques mais avec des sections de grottes exigeantes ! Symboles : * bon, ** mieux, *** brillant ; ≈ beaucoup plus difficile dans le débit d’eau lourde.

En commun avec, disons, les grades en hiver écossais, une route d’une catégorie donnée peut être courte et difficile, ou techniquement plus facile mais longue et exigeante.

Rio Vero ***

C’est une gorge facile, mais longue et spectaculaire mettant en vedette un bon nombre de sections de natation amusantes et beaucoup de randonnées et barbotage. C’est très populaire. Laissez votre voiture à Alquezar et faites un tour à Lecina, via Colungo. Commencez à un petit pont de la ville et descendez dans la gorge, qui peut être simple ou difficile selon vos préférences. Après environ 8 km (5-6 h), vous arrivez au Puente de Villacantal, où un sentier vous mène vers le haut de la colline à Alquezar. Équipement : 20m de corde, optionnel.

Barazil **

Une belle promenade depuis Rodellar : descendez dans le Mascun, allez à contre-courant 1 km et prenez la partie gauche des trois canyons, en montant. Suivez un ruisseau dont le lit est sec et enchanteur pour émerger sur une crête (1h). Descendez de l’autre côté pour rejoindre la rivière Alcanadre, étant la section la plus difficile à contre-courant (Gorgas Negras). Le barbotage et la randonnée vous emmènent à quelques grandes piscines inéluctables qui mènent finalment au Puente de Pedruel (4h au total). Équipement : Combinaison de plongé. Pour une expérience complète, vous pouvez commencer avec le classique Negras Gorgas (*** ≈ 4 +) : ajoutez 1h pour y arriver et 4,5 h pour la descente, prenez des cordes.

Mascun Superior ***

Descendez au Mascun (comme pour le Barazil), mais où les trois canyons se rencontrent, montez celui du milieu pendant 1 km. Tournez à gauche avant quelques grandes flèches calcaires et continuez jusqu’au village Otin sur le plateau (3 km). Allez vers le nord pour plus de 3 km jusqu’à Letosa, puis dirigez-vous à l’est. Suivez un cours d’eau insignifiant jusqu’à la tête de la gorge et la première descente en rappel (2 à 2,5 h jusqu’ici).

Ravin d’Otin*** 4+

À partir du chemin d’Otin, allez à droite pour atteindre cet affluent du Macun (1.5h). Environ 13 rappels conduisent brusquement vers la gorge principale (3h). Équipement : une combinaison de plongée, 2 cordes de 45 mt.
Peonera ***3
À partir de Saint Saturnino, suivez la piste pour la Peonera Supérieure. Dirigez-vous vers le sud – marche facile au début, rappelant Cheedale mais les choses deviennent bientôt plus impressionnantes. Graduellement, cela devient plus aquatique et, avec des profondeurs et resserrements, il y a de vastes sections à nager. Continuez à marcher, nager et randonner pendant 5 km fatigants jusqu’à l’apparition, enfin, d’un petit cairn peint en rouge vers la gauche. Cela indique le chemin d’échappement – vers la rive droite, il y a un mur en pierre facile à repérer et un ermitage caché dans un côté de la colline en bas d’une énorme falaise orange – la Pared de San Martin – (environ 4 h de là). Faites la randonnée jusqu’au bord est de la gorge et suivez le chemin vers la rue. C’est à peu près 3-4 km de retour vers votre voiture, mais vous pouvez obtenir un élévateur – comment est votre karma ? Équipement : une combinaison de plongée. La Peonera Inférieure (***3), laquelle dispose beaucoup de bassins et de toboggans, normalement commence et finit près du village fantomatique Morrano, mais elle peut être annexée à la Supérieure selon le transport. Équipement : une combinaison de plongée.
Oscuros de Balces ***4≈
Cette expédition éclatante et engageante commence par la route en terre conduisant à travers l’arête à partir de la rue Rodellar, quelques kilomètres au sud de Las Almunias. Dirigez-vous à travers la route en terre jusqu’à une barrière qui barre la voie. Garez-vous et faites le contour vers la droite à travers un chemin qui traverse derrière l’arête. Faites le contour nettement jusqu’à ce que le chemin descende vers le planché de la vallée Isuala (1h). Une marche facile mène vers le sud, jusqu’à ce que des sections aquatiques entre des rochers énormes (premier point rappel caché à gauche) conduisent vers un petit rappel dans une section très étroite (l’eau peut être puissante là). Nagez vers le suivant rappel, lequel peut être dangereux s’il y a des rafales – il est recommandé les cordes courtes. Des bassins faciles et des toboggans mènent vers le chemin de sortie (~4.5 h jusque-là, 0,75 h de marche). Équipement : combinaison de plongée, corde (20 mt.). La gorge continue dans un pays aggloméré – les Estrechos de Balces (**3 ≈, 5 h), une longue marche/barbotage continue vers le sud. Beaucoup de canyons latéraux dignes d’intérêt constituent des excursions courtes mais engageantes dans les alentours.
Dangers inconnus
Il est logique de ne pas se précipiter immédiatement vers les canyons les plus durs – formez votre expérience graduellement et obtenez l’un des différents manuels d’instruction qui existent en espagnol ou en français. Certains des risques les moins évidents sont exposés brièvement ici.
1) Rappel vers l’eau : cela sonne facile, n’est-ce pas ? En réalité, la principale cause des accidents mortels dans le canyoning est de se noyer pendant les rappels comme résultat d’un défaut au moment de se détacher de la corde. Ce n’est pas un problème dans les canyons plus faciles, larges, car les bassins sont peu profonds et les points de rappels sont placés afin de vous tenir hors des chutes d’eau.

Toutefois, dans un canyon étroit il pourrait ne pas y avoir d’autre alternative que de descendre en rappel la ligne d’une cascade dans une piscine profonde. La force d’une cascade peut vous pousser sous la surface avec une facilité étonnante, et à moins que vous vous éloigniez de la corde, vous pouvez rester coincé. Ne pensez même pas à le faire sans une combinaison de plongée – la flottabilité qu’elle confère est cruciale, et vous devez garder vos mains libres pour vous occuper de la corde plutôt que pour nager. Il va sans dire que vous devez vérifier qu’il n’y ait pas de problèmes avec la corde et qu’elle fonctionne librement. Évitez d’utiliser une corde de 11 mm + plaquette d’assurage – vous devez être capable de déclipser vite et facilement – une corde de 9 mm et/ou un dispositif d’assurage en forme de tube ou une figure 8, c’est mieux. Envisagez d’enlever votre mousqueton à vis avant de vous mettre dans l’eau, et n’utilisez ni prussiks ni shunt dans cette situation – votre but devrait être de retirer la corde dès que vous frappez l’eau. Portez un couteau. Si vous avez une corde ancienne, coupez-la sur mesure – des conseils sur les longueurs de pas sont donnés dans tous les topo-guides.

Si vous êtes dans un canal à écoulement rapide, une technique consiste à continuer à relâcher la corde de manière contrôlée pour que vous dériviez en aval (cela a bien fonctionné pour moi dans le 3e pas des Oscuros de Balcés, où j’ai eu du mal à lutter contre mon envie d‘escalader libre pour m‘en sortir du torrent insupportable tombant sur ma tête!).

2) L’écoulement de l’eau: Combien a-t-il plu récemment? Certains canyons (par exemple, Gorgas Negras, Oscuros de Balcés) peuvent être beaucoup plus difficiles pendant ou après des périodes humides. Les tempêtes peuvent être violentes et soudaines, et les tempêtes de l’après-midi sont fréquentes en été et en automne. Faites attention à la météo, et évaluez l’écoulement d’eau probable dans votre canyon. Soyez prêt à changer vos plans ou à retourner et sortir. Naccrochez pas délingues à votre corps ou harnais – Elles peuvent s’accrocher aux roches ou aux grumes lorsque vous nagez ou glissez. Gardez-les dans votre sac, ou cachées dans votre combinaison de plongée. Surveillez les courants qui pourraient vous balayer vers le dessous des rochers ou dans les grottes submergées.

3) Se retrouver bloqué: Sans vouloir insister sur ce qui est évident, donnez-vous beaucoup de clarté, et connaissez les voies d’évacuation (s’il en existe!). Soyez autosuffisant – certains des canyons les plus éloignés peuvent avoir seulement un petit nombre de descentes par an. Ne perdez pas votre corde – cela peut sembler stupide, mais il arrive. Les noeuds peuvent facilement se détacher quand vous nagez et coulissez. Utilisez un nœud de sauvegarde, ou investissez dans un sac de canyoning. Le secours est susceptible d’être une affaire compliquée.

4) Ne sautez pas dans les piscines sans d’abord vérifier ce qui est dedans ou à quelle profondeur elles sont! Marchez avec précaution – un glissement à cause d’un rocher mouillé peut entraîner une chute macabre ou une plongée de tête dans un puisard moussant. La force de l’eau qui coule peut vous renverser avec facilité, et un toboggan aquatique d’aspect inoffensif pourrait vous faire perdre le contrôle.

Qu’en est-il de l’escalade ?

Oh oui, j’allais oublié – l’escalade. Le guide actuel expose en détail des informations sur 200 routes dans le Mascun inférieur, où il y a une concentration de développements grâce à son accès facile. Comme le Mascun coule du nord au sud, il est possible de trouver des falaises ombragées à tout moment de la journée. Il n’y a aucun trajet régulier et les catégories obliquent vers les 7s. Dans la plage des 6a – 6c, les plus remarquables pour moi ont été Bugs Bunny (6a +) et Coup de Machete (6b) ; des itinéraires de falaise superbes tous les deux. Si vous escaladez une 7a et plus, et si vous aimez les toits et les tufs, c’est l’endroit pour vous. Pour ceux qui sont prêts à marcher pendant une heure ou plus, ou à s’aventurer plus profondément dans les gorges calcaires et de conglomérat qui coupent le massif montagneux, le potentiel est presque illimité, et des tufs à une seule inclinaison et des murs orange de centaines de pieds de haut se cachent partout. Certains des itinéraires à inclinaisons multiples comportent des piliers et des parois incroyables, et donnent l’impression de valoir bien la peine. Découvrez les tours qui se trouvent vers l’amont de la gorge Mascun.

Pour vous y rendre :

Rodellar est perché sur les falaises de la rivière Mascun, 761m au-dessus du niveau de la mer dans le massif calcaire connu sous le nom de la Sierra de Guara. La Sierra, avec un point culminant de 2 077m, se trouve à environ 40 km au sud de la principale chaîne Pyrénéenne, au nord-est du village aragonais de Huesca, qui à son tour se trouve à 70 km au nord-est de Saragosse. Depuis Barcelone (environ 3 heures) : prenez la direction de l’est à Lleida et prenez la A240 à Barbastro. Continuez en direction de Huesca, mais prenez le virage vers le nord pour aller à Abiego, Bierge et Rodellar. Depuis Toulouse (environ 4-5 heures) dirigez-vous sur les Pyrénées pour rejoindre la route ci-dessus à Barbastro.

Où dormir :

Camping Mascun est le mieux placé pour le village et l’escalade. Le magasin du camping est bien approvisionné avec de la nourriture, du vin, des cartes, des guides, et des combinaisons non étanches à louer à des tarifs très raisonnables (5 ou 6 euros par veste ou « farmer Johns » en septembre 2003). Camping El Puente (tél : 974 318312) est à 2 km de Rodellar dans la vallée fluviale Alcanadre. Camping Expeditiones (974 318336) est dans les bois à 6 km au sud de Rodellar, près du village de Las Almunias, et il y a des pensions et/ou des auberges à Rodellar et à Las Almunias.

Quand partir :

Tout au long de l’année, mais ne vous attendez pas à grand-chose par rapport au camping, à la boutique ou à la location d’octobre à avril/mai. Le printemps est favorable à l’escalade, et l’eau de fonte renforce les conditions aquatiques. Juillet et Août sont favorables au canyoning, mais il peut y avoir beaucoup de monde et faire un peu trop chaud pour escalader. Septembre est agréable et calme, avec peu d’alpinistes ou de canyoneurs sauf le week-end, la température est parfaite bien que le débit de l’eau puisse être sous-optimal dans certains des canyons les plus secs.

Ce qu’il faut prendre:
Cela dépend. Dans les canyons les plus faciles (par exemple, à Rio Vero, en Été), vous faites essentiellement la randonnée, le motocross et le barbotage, avec un peu de natation, rajoutée pour le plaisir; Vous n’avez besoin d’aucun équipement sauf votre maillot de bain et une paire de chaussures de sport ou de bottes légères. Certains canyons (par exemple le Barazil, le Mascun Inférieur) n’ont pas de pentes qui aient besoin d’une corde, mais ont de longues sections de baignade que vous ne pouvez pas éviter; attendez à avoir très froid si vous ne portez pas un costume de plongée. «Farmer Johns» peut suffire en Été; Au Printemps / Automne, vous allez être plus à l’aise dans un costume complet. Dans les canyons longs et humides (par exemple le Peonara), vous allez passer beaucoup de temps à nager, et un costume complet est essentiel. Si vous avez des chaussettes imperméables de type VTT à utiliser, prenez-les; Sinon, envisagez d’embaucher des chaussons. Ajoutez un harnais, une corde ou deux (voir le tableau des dangers pour les notes sur les longueurs de corde), des élingues, des ponts et un dispositif d’assurage et de rappel, et vous avez toutes les bases pour les expéditions plus techniques (le Mascun Supérieur, l’Otin, les Oscuros de Balcés). Portez des Prussiks ou un shunt, un couteau et un certain ab-tat. Considérez porter un casque – les blocs de rochers humides peuvent être très glissants. La nourriture, les premiers secours, les cartes, les guides, les appareils photo, etc. peuvent être conservés dans un récipient en plastique imperméable à l’eau – louer un et le transporter dans un petit sac.
Pour se déplacer:
Une voiture est pratique mais pas indispensable si vous êtes installé à Rodellar. L’auto-stop est une possibilité, d’autant plus qu’il y a une culture dans la région des collègues canyoners de s’entre aider. Cependant, pour un accès facile aux canyons autres que le Mascun et Negras / Barazil vous avez vraiment besoin d’un véhicule.
D’autres attractions locales:
Si vous vous déplacez ou avez besoin d’un changement de scène d’escalade, Les Mallos de Riglos, le Vadiello et les Gorges d’Ordesa sont tous à quelques heures de route. S’il pleut, ou si vous avez assez d’escalade et de canyoning, essayez une bière dans le pittoresque village fortifié d’Alquezar – mais soyez prêt pour les hordes de touristes en haute saison. Si les peintures rupestres sont votre affaire, les barbouillages spectaculaires situés au bord de la Rive Est de la Gorge Rio Vero valent une visite – il suffit de suivre les panneaux. Prenez vos jumelles et regardez les incroyables prouesses de glisse des vautours abondants et énormes – après tout, ils ont été en train de mesurer votre taille pendant des jours.
Où aller au canyon:
Dans les Pyrénées, les canyons développés sont abondants ailleurs dans la Sierra de Guara, et aussi sur le massif calcaire de Monte Perdido plus au nord. Au-delà de la frontière en France, les alentours de Sainte-Gémâce et de Laruns (au sud de Pau) sont des centres de canyoning (majoritairement de grade 4 et plus), tandis que des itinéraires plus faciles existent à l’intérieur des terres depuis Perpignan. Plus vers les Alpes, la Provence est très développée, surtout dans le Verdon (guides disponibles dans la région).
Ils existent quelques canyons secs en rocher escarpé bons à prendre très près de l’Hiver aux Meccas en Espagne et en Sardaigne. La Costa Blanca se vante le bien connu Barranco del Infierno – bien que ce voyage de plaisir à travers lui est normalement dépourvu d’eau courante, vous pouvez être soumis à un étrange bain froid dans ses marmites profondes uniques.